Contenu

Mouche méditerranéenne des fruits

Ceratitis capitata
Mouche méditerranéenne des fruits

Nom(s) latin(s) Ceratitis capitata (Wiedemann)
Nom(s) anglais Mediterranean fruit fly
Hôte(s) principal(aux) Agrumes, pêcher, poirier, pommier, abricotier, figuier, prunier, actinidia, cognassier, vigne, cerisier, grenadier, fraisier, etc.

1- Identification

  • La cératite (Fig. 1) est une mouche des fruits très répandue dans les régions méditerranéennes. En France, cette espèce ne peut hiverner dans le nord en raison des températures basses. Elle ne peut hiverner que dans certaines régions de l’extrême sud.
  • Très polyphage, elle s’attaque aux fruits de nombreuses plantes : pêcher, poirier, pommier, abricotier, figuier, agrumes, prunier, fraisier...
  • L’adulte a un thorax gris argenté parsemé de taches noires, la face ventrale et latérale est de couleur blanc-jaunâtre.
  • Les femelles pondent leurs œufs (blancs, de 1 mm de long) par groupes de 3 à 7, à l’intérieur des fruits à l’aide d’un oviscapte (appendice servant à guider l’œuf lors de la ponte et, souvent, à perforer le végétal).
  • Les larves (blanc à jaune) s’enfoncent en minant les fruits jusqu’au cœur (jusqu’à 30 larves). Elles se nourrissent de la pulpe et mettent 15 jours à 25°C pour se développer. Les dégâts ont lieu surtout en été et en automne.
  • La pupe (marron clair) ne survit pas au-dessous de 2°C. C’est sous cette forme que le ravageur hiverne dans le sol.
  • Cette mouche peut avoir entre 2 à 8 générations par an. La température idéale pour son développement est de 32°C (2 semaines pour donner une génération).
  • La majorité des infestations provient de fruits contaminés en provenance de la zone méditeranéenne.
jpg - 14.6 ko
(Fig. 1) Mouche qui s’attaque aux fruits (pêche, poire, agrumes...)

2- Dégâts observés

  • Fruit : petite tache entourant le point de piqûre de ponte, qui s’agrandit en formant une dépression du fait de la pourriture des tissus. Chute prématurée des fruits.

3- Stratégie de lutte

  • Mesures prophylactiques :
    • Destruction et enfouissement des fruits contaminés tombés à terre.
    • Elimination des plantes hôtes réservoirs à proximité des vergers.

4- Réglementation

  • Organisme réglementé pour l’importation au sein de l’Annexe IV - I et pour le Passeport Phytosanitaire Européen (P.P.E.) au sein de l’annexe IV - II de la Directive Européenne 2000/29/CE modifiée retranscrite dans l’arrêté national du 22 novembre 2002.
  • Organisme nuisible de lutte obligatoire listé dans l’arrêté national du 31 juillet 2000.
  • Pépiniéristes, revendeurs : pour savoir si vos productions ou les produits que vous revendez sont concernés en fonction de leur destination (zone protégée, production destinée aux amateurs ou aux professionnels,etc.), consultez le résumé de la réglementation.
  • En pépinière et chez les revendeurs, les plants présentant des symptômes doivent être signalés (contacter la DRAF-SRPV de votre région).
  • Pour connaître les produits homologués sur cet organisme, consulter e-phy.

Source iconographique de cet article :